Résumé :

 

J' ai eu l'idée vers l'âge de 25 ans d'un mode d'action original et qui me paraissait (et me parait de plus en plus) évident pour la force de gravitation. J'ai appris sur les premiers balbutiement d'Internet que cette idée existait depuis longtemps avec Nicolas Fatio de Duillier , reprise plus tard par Le Sage Georges Louis né en 1724 à Genève. Il s'agit d'une force créée par "l'ombre" d' une masse qui freine des particules "ultramondaines" (appelées ainsi à l'époque) qui normalement exercent une force de pression isotrope , qui ne l'est plus en présence d'une masse , un peu comme la poussée d'Archimède qui est une force de pression anisotrope sur un objet immergé. Ces particules ultramondaines pourraient ressembler au champ de Higgs, ou un cousin de celui ci, car le mécanisme qui donne la masse doit provenir du même mécanisme ou d'un mécanisme déduit de celui qui donne la gravité .. En ayant parlé avec quelques scientifiques, et ayant lu 2 réfutations ,(cela ne fonctionne pas avec l'inverse du carré de la distance , et un tel système devrait freiner la rotation des planètes de Richard Feynman);j'essaie ici de montrer que ces réfutations ne tiennent pas et ont été émises un peu rapidement. Il se pourrait que ce soit une bonne idée, car il y a avec ce principe un effet d'entraînement des planètes , qui les pousse à tourner plus vite , mais ces dernières sont freinées par les particules de ce champ supposé, il se créerait alors comme souvent en physique un équilibre naturel entre les 2 forces (accélération et freinage ..) .La force d'entraînement ne serait qu'un effet naturel identique à l'aberration (des étoiles fixes) ; à ne pas confondre avec l'aberration chromatique. Tout corps se déplaçant semble recevoir la lumière vers l'avant comme quand on avance sous la pluie. Là ce n'est pas de la lumière mais une force d'attraction , qui prend donc une composante vers l'avant accélératrice , la force n'est plus tout à fait centrale, ainsi s'établirait sur la planète qui gravite un équilibre entre la force accélératrice et les frottements que subit la planète en avançant dans ce flot de particules.
D'autre part la gravitation s'en trouverait modifiée à distance galactique alors, avec ce qui pourrait expliquer la matière noire (qui n'aurait plus de raison d'exister).. A grande distance , à cause de l'effet de lentille gravitationnelle , la galaxie sous influence d'une autre reçoit plus de particules que j'appelle ultramondaines (gravitons) en hommage à Nicolas Fatio de Duillier (ou gravitons), et il apparait (sur le papier pour l'instant) une force de gravitation qui devient répulsive à grande distance.
Une façon simple d'expliquer ce renversement de la force devenue répulsive à grande distance : il s'agit de l'effet de lentille gravitationnelle de la lumière :remplaçons la lumière par les gravitons, et on "voit" qu'un objet A reçoit plus de particules d'un autre objet très éloigné B , il reçoit des particules cachée par B normalement et d'autres que A ne devrait pas recevoir...Ainsi la masse de A au lieu de faire de l'ombre à B(force attractive)lui envoie plus de particules, et la force gravitationnelle deviendrait répulsive
!
Mon but est de faire lire et comprendre ce modèle par des scientifiques ouverts qui noteraient tout de même des choses troublantes dans ce modèle comme l'apparition de cette force non centrale accélératrice,  la force qui deviendrait répulsive à grande distance, la facilté déconcertante avec ce modèle d'expliquer que la gravité est nulle à l'intérieur d'une coquille sphérique homogène (...)

Je montre aussi que ce genre d'action explique de manière triviale, je crois, l'égalité des forces d'attractions réciproque de 2 corps , d'où vient la conservation de la quantité de mouvement , le principe d'inertie .Cette force pourrait expliquer l'énigme de la matière noire , car elle se comporte différemment lorsque 2 objets rotationnent .On sait par exemple que notre Galaxie ne tourne pas comme elle le devrait , peut -être qu'avec ce nouveau principe , elle le ferait .
Elle explique aussi le problème de l'énergie noire, car elle semble s'inverser, et devenir répulsive à bonne distance,(intergalactique) .J'amène aussi une nouvelle approche de l'équation aux dimensions en abandonnant à M la masse son statut de dimension fondamentale. Tout ça est certainement de la physique "avec les mains" , mais le nombre de concordances de ce principe avec la force d'attraction universelle est impressionnant pour que ce soit un simple hasard .J'ai toujours pensé que la théorie de la relativité générale était trop abstraite, avec cet espace temps à 4 dimensions qui tord l'espace comme par magie . Einstein , si je ne me trompe pas nous dit de combien il se tord , mais pas comment la masse communique avec cet espace .
De plus il "a jeté l'Ether avec l'eau du bain" , comme je me plais à le dire ! Pourtant il admettra plus tard que la lumière a très certainement besoin d'un vecteur de transmission , il se pourrait que ce soit les gravitons , ou les particules ultramondaines, comme les nommait Le Sage. On dit que la Relativité générale décrit quantitativement correctement au niveau système solaire ,un effet sans cause.Newton, c'est la même chose, c'est une théorie quantitative , il n' y a aucune explication mécanique sur la cause de la gravitation.Vous verrez dans la configuration que je propose que l'espace est aussi déformé alentours d'une masse, mais on comprend comment , et on peut garder "l 'image" d'une masse filant en ligne droite sur une géodésique dans l'espace- temps.La relativité Générale n'est pas en cause quantitativement, ce qu'il lui manque c'est un principe mécanique d 'interaction matière espace , et bien le voila, proposé par Lesage il y a quelques 3 centaines d'années. Il reste un problème avec la thermodynamique et le choc des particules qui devrait être élastique ...C'est Boltzmann qui a soulevé le problème thermodynamique (échauffement de la matière par ces particules), mais il est loin d'être insurmontable .

                                                                                                  Sommaire
1/Explication de ce modèle d'attraction gravitationnelle.
_____Forces en K/d²
_____Propriétés d'action/réaction
_____Forces proportionnelles à MxM'
_____Le principe d'inertie, masse inerte, masse pesante
_____Eventuel problème d'écrantage
_____Etude de la chute de 2 corps selon Newton

2/Réfutation du problème du freinage ethero-dynamique.

3/Effet Lense Thiring.

4/Equation aux dimensions.

5/Démonstration simple avec ce principe d'attraction du Théorème de Newton-Gauss (gravité nulle à l'intérieur d'une coquille sphérique homogène)

6/Choc des particules.

7/Quand cette force devient répulsive .

8/ Conclusion provisoire.

   
1/
Explications de ce modèle d'attraction gravitationnelle.
Essai sur la gravitation. Rappel l'équation fondamentale : 2 masses m1 et m2 ,

G constante universelle de la gravitation ; F12 Force exercée sur m2 par m1(on va voir que c'est indirectement) u vecteur unitaire dirigé de 1...2 Pour F21 force exercée sur m1 par m2 c'est - F12 .   d est la distance entre m1 et m2 .Avec en bonus F=m1 .g1=-m2 .g2 , ..où g1 est l'accélération subie par m1 ; g2 est l'accélération subie par m2 . On peut écrire plus simplement F =GMm/d²=mg pour la masse M de la Terre , et m un objet ..g étant alors l'accélération de la pesanteur à l'endroit où se trouve cet objet ; par exemple g=9.8m/s² au niveau de la mer .

 

 

 

                                                                                           Portion d'univers baignant dans un flot de particules isotropes ci dessous.
  Imaginons l'univers qui baigne dans un flot de particules du genre neutrino, mais qui auraient plus d' effet que cette dernière sur la matière.Ces particules pourraient aussi bien être un champ électromagnétique d'une longueur d'onde ultra courte, proche de la distance de Planck , et donc d'une fréquence proche du temps de Planck (égale) . Dans cette configuration, chaque point de l'espace reçoit un rayonnement isotrope , et chaque point de l'espace peut considérer être émetteur de particules ; mais attention ces particules émises auront la propriété inverse que les particules arrivantes.(elles partent au lieu d'arriver) Cette remarque est très importante , et doit être bien comprise..Tout objet considéré comme seul subit donc cette pression isotrope .

 

 




Un atome isolé recevrait donc une pression de radiation isotrope de ces particules qui viennent de toutes les directions de l'espace.Cette pression est connue, avec des radiations électromagnétiques ordinaires , mais elle n'agit qu'en surface .Cette pression, ici, devrait agir aussi à l'intérieur de la matière , au hasard de la rencontre..Une pression volumique.
On va appeler ces particules les gravinos.
Il n'y aurait rien d'étonnant que ces particules existent perdent de l'énergie en traversant la matière, elles seraient"freinées" ou déviées par la matière.Pour simplifier les choses, on peut estimer que soit le rayonnement est diffusé (il rebondit ) provoquant un recul , soit il est absorbé puis rediffusé dans une direction quelconque, soit il passe au travers sans rien voir.
La lumière elle même a un tel effet , on appelle ça la pression de radiation .
Ce gravino, serait plus ténu, et pénètrerait la matière aussi, tel le neutrino , mais en interagissant plus , et surtout avec tout ce qui est matière ..

 

 

 

 



Approchons un objet, notre point, ici à gauche va le"sentir" car les gravinos (en rouge ici)venant de l'objet auront moins d'énergie , moins de quantité de mouvement , ou moins nombreux .

 

 



La pression de radiation sur ce point sera anisotrope, il s'en suit une force d'attaction vers l'objet (vers le centre de gravité évidemment) en bleue ici.
Il est évident que cette force sera directement proportionnelle aux  nombres d'interactions des gravinos avec l'objet, c'est à dire avec sa masse.
Elle sera proportionnelle aussi à la densité des gravinos (k).

 

 

 

 


Chaque point d'un objet subira cette pression anisotrope, et la force résultante sera proportionnelle aux nombres d'atomes de chaque objet, elle sera de la forme k x m x m'.
m et m' masse des 2 objets.(voir l'explication plus bas avec les droites en dessous du schéma 2)

 

 


Forces en K/d²

Prenons 2 objets simples parallélépipédiques de même composition :placés comme sur la figure ci dessus, ils exercent la même force d'attraction sur O, force qui dépend du nombre de gravinos qui rencontrent l'objet.
Il est clair qu'autant de gravinos interagissent avec l'objet A' qu'avec l'objet A. Autrement dit, au risque de me répéter, si l'on place l'objet A seul à la distance d, puis si l'on place l'objet
A' seul à la distance d', la force d'attraction sera identique en O. Pour s'en convaincre, on a qu'à compter le nombre de gravinos sur O issus de A'  et issus de A, ils auront de plus traversé la même longueur à travers les 2 objets.

 

 

 


On démontre que la force est en 1/d² de 2 façons
1)Un peu de maths :il apparait d/d'=l/l' et    m' masse de A'=4nl'² ;  m  masse de A= 4nl²    ou n est fonction du matériau.(les 2 objets sont issus de la même matière)
m/m'=(d/d') ²  ou km/d²=km'/d'². On voit que l'expression de la force en O est de la forme km/d² et dépend du carré de la distance.

2)Mieux .Soit m la masse en o , on met d'abord A de masse m1la force exercée est F=K m.m1f(d) la masse m1est de la forme k.s ou k est une constante, s la surface de A , f(d) la fonction de d que l'on cherche (on a une petite idée , elle doit être 1/d² ..F=K.k.s.m.f(d) On enlève A , on met A'..... Vu le mode d'action de la force, c'est la même F=K.ks'.m. f(d') s' surface de A'...ON pose d'=nd , pour des raisons d'homothétie, d'/d=i'/i=n et s'=n².s ...n ²...F=K.k.s.m.f(d)=K.ks'.m. f(d') donne f(d)=f(nd) n² ...On prend d=1.... f(n)=f(1)/n² .

, f(d)=k/d² est l'ensemble des solutions. La force est inversement proportionnelle au carré de la distance .Je viens alors de démontrer que cette force est de la forme F=Km.m'/d² de direction mm' . Une démonstration plus probante de m.m' se trouve plus bas ;qui couple les n particules de A aux m particule de A' , donnant n.m couples..
J'ai lu sur un forum, ce qui était présenté comme une preuve que ce principe engendrait rapidement des contradictions insurmontables , avec notamment la sphère , et le cube.On met une sphère de rayon r à distance d d'un point , un autre sphère à distance kd , et de rayon kr. Le raisonnement est que ces 2 masses, ayant un angle solide identique devraient avoir la même force d'attraction sur un point. Or on trouve facilement F2=kF1 . On note cependant que si l'on raisonne comme ci dessus, en coupant des tranches d'épaisseur et d'angle solide égales dans la sphère,on en trouvera en fait k fois plus , la force sera bien k fois plus forte .Ces contradictions sont levées en notant que cette force ici est fonction du rayon solide x l'épaisseur traversée . Au dessus j'ai bien pris garde de mettre la même épaisseur aux 2 masses A et A' . La réfutation serait valable si les particules étaient stoppées entièrement en traversant la matière.

A noter que la démonstration est la même pour un angle solide et des troncs de cone , étant donné que les volumes considérés donc les masses sont proportionnelles à la distance d² , et que la force est inversement proportionnelle à d² , la force d'attraction sur une masse test de 2 volumes de même épaisseur , de même angle solide est aussi égale .

 

 

 

Propriété d'action-reaction

Voyons au niveau atomique ce qu'il se passe : schéma 2 ci dessous.

Schéma 2 ci dessus .

On montre que la force F(ab)= -F(cdef).

Fait avec Geospace , regardez, tout est là ici 2 particules a b interagissent avec 4 autres particules cdef, le quantum d'action est représenté par les droites qui partent de a vers cdef et de b vers cdef , si l'on fait l'inverse, en traçant les droites qui partent de c vers ab , de d vers ab , de e vers ab , de fvers ab , et bien..... c'est trivial on aura les même droites , c'est les même droites ! Ainsi, si vous avez suivi le mode d'action de cette force, vous comprendrez que les droites/particules qui viennent de l'extérieur appuyer sur a et b sont les même que celles qui viennent appuyer sur cdef ;.....les droites/particules qui viennent de cdef sur ab ( particules freinées par cdef) sont les même que les particules freinées qui viennet de ab sur cdef . Ainsi la résultante de des 2 forces (on les soustrait )est identique pour les 2 ensembles ab et cdef !!!!

 

 

 

 

On montre que cette force est proportionnelle à MxM'.

Cette résultante dépend des 8 droites ac ad ae af ;bc bd be bf .Pour le cas général avec n particules en interaction avec m particules, ce nombre d 'interactions sera nxmxK,(avec n éléments à gauche, m éléments à droite il y aura nxm droites reliant ces 2 ensembles)K représentant la densité de ces particules isotropes venant de l'univers bombarder nos particules ab cdef .Ce qu'on a vu ici explique 2 choses : que la force soit la même pour les 2 ensembles ab et cdef , et que cette force soit proportionnelles au nombre nxm lui même évidement proportionnel à MxM' M et M' étant la masse des 2 objets. On peut tenter alors une définition de la masse d'une particule : c'est le nombre d'interactions par seconde qu'elle reçoit de l'univers , qui dépend de la densité de ces particules reçues , du nombre d'interactions de cette masse .C'est très important cette constatation, voilà qui explique enfin pourquoi 2 masses sont attirées avec des forces égales et opposées, cette force dépend du nombre de droites que l'on peut tirer de ces 2 ensembles qui est m x n ici, ce que l'on peut noter par m1xm2 .Ces forces exercées sur 2 ensembles de particules sont dirigées du centre de gravité du premier ensemble au centre de gravité du second (sur le dessin c'est évident), elles sont proportionnelles à m1 x m2 et inversement proportionnelles au carré de la distance !!!!

 

 

 

Le principe d'inertie

On voit aussi que la force subie par chaque particule de la masse est proportionnelle au nombre de particules en face .S'il y a m particules en face, on ne pourra tracer que m droites. On peut écrire alors si on a affaire à 2 ensembles de particules , n et m que l'on fige la distance qu'on leur donne une vitesse nulle au départ :Fn=Km ....Fm=Kn où Fn représente la force exercée sur 1 (une j'insiste) particule de n ;à l'inverse Fm la force exercée sur 1 particule de m et bien et c'est encore TRIVIAL c'est en fait cette force exercée sur 1 particule qui va déterminer la vitesse , l'accélération de l'ensemble et oui !!!! On a donc 2 ensemble de m particules et n particules l'accélération g(m) g de l'ensemble m ...g(m)=K. n où n est le nb de particules en face. Inversement g(n)=K.m .La force totale exercée sur l'ensemble m sera F(M)=kn +kn+kn...m fois=n.mK et oui, ce sera m fois Kn .K dépend directement du nombre d'interactions par seconde (nombre de droites qu'on peut tracer). De même F(N)=Km+km+km n fois=n.mK d'où....comme g(m)=Kn ....../g(n) = Km........ F(N)=Kng(n) ni plus ni moins que le principe d'inertie !!!

Alors quand on pousse une voiture sur le plat ,(pas de frottement, on élimine la gravitation sur le plat ,on va considérer que la voiture est faite d'atomes identiques) par exemple , avec la main et une certaine force et bien cette force va se diviser sur chaque atome de la voiture, chaque atome ne recevra que......F/(nb d'atomes) de la force , et l'accélération produite qui est celle d'une particule donc sera inversement proportionnelle à ce nombre d'atome , la force s'est dilué sur tous les atomes de la voiture provoquant une accélération de g qui sera proportionnelle à la force diluée sur 1 atome g=F/kn .Dans la mesure où l'on a défini une unité de force, la masse peut être considérée comme le rapport de F/g alors.

 

 

Schéma 1 ci dessus .

A noter que j'ai exagéré ici, le vecteur 5 en réalité doit être juste 2 poils plus court que le 6.

Avec 1 particule, c'est peut -être plus clair , mais il faut comprendre que l'action des gravinos venant de gauche n 'a pas lieu au même moment, forcément , on peut supposer qu'il y a n gravinos /seconde , qui sont isotropes sur cette seconde et sans doute beaucoup moins. Pour des raisons de simplicité , comme le rayonnement est isotrope , on peut considérer qu'un gravino vient au même moment de la droite et de la gauche sur ce même trajet ac et ca ; ad et da ; ae et ea; af et fa .Une particule venant de la gauche heurte a , provoquant un recul de a, puis un recul (moins grand de b) h temps plus tard , le rayonnement étant isotrope, une même particule vient de la droite , provoquant la réaction inverse, le résultat est une moyenne qui donne une force attractive. En fait ici , avec 1 particule contre 4 on voit mieux que la portion d'univers responsable de cet anisotropie dans le rayonnement délimité par l'angle solide formé par les 4 droites est le même à gauche qu'à droite, c'est trivial !(même force à gauche qu'à droite)

A noter que les masses , elles même, , pourraient réémettre des gravinos capturés par exemple ,noyés ensuite dans la masse des gravinos venant de tous l'univers.Ce phénomène doit donner une force répulsive entre 2 masses,(si l'on oublie les gravinos venant de l'univers, 2 masses qui se projettent des gravinos vont se repousser )assez faible certes, vu le nombre gigantesque de gravinos venus d'ailleurs, mais à une distance suffisement petite, cette force de répulsion pourrait prendre le dessus sur la gravité. Ainsi la densité de gravinos K serait fonction de la masse présente dans tout l'univers .On pourrait imaginer aussi que les masses réémettent des particules insensibles à la masse .Il faut qu'elles réemettent quelque chose autre que des gravinos "freinés" ou de fréquence plus faible , sinon ces masses grossiraient en emmagasinant de l'énergie , quand elles reçoivent ce rayonement isotrope de l'univers..

Personellement je vois ce bain de gravinos filant dans tous les sens , capable d 'être le vecteur de propagation de la lumière, comme l'air avec son grouillement de molécules qui se heurtent entre elles est capable de transmettre le son . Ces gravinos, seraient en fait ce fameux Ether rejetté un peu vite. Qu'on m'explique comment 2 masses peuvent être attractives en considérant un espace absolument vide entre les 2 .Je ne me vexerais pas si l'on considère ces gravinos comme l'espace temps, car suivant le principe décrit on voit bien qu'une masse modifie la structure de ces gravinos , de cet espace temps.Le rhytme du temps serait alors le rhytme de bombardement de ces particules. Je ne me vexerais pas non plus si l'on parle d'onde , à la place de particules, mais alors ce serait une onde qui remplit complètement l'espace , et sur laquelle pourait filer des perturbation (propagation de la lumière) .Avec ce point de vue, je comprends mieux le comportement furtif et quantique des particules...

 

L'objet a, reçoit, on a vu un bombardement plus important de gravinos venant du centre de gravité de cdef , à chaque choc, une vitesse v de recul en cette direction exacte qui s'ajoute choc après choc, et si les chocs sont donc constants par seconde, la vitesse augmente linéairement avec le temps v=g.t où g est une constante qui a rapport avec ce déficit de gravino , donc est fonction des 2 masses en rapport direct avec M.M' , et en inverse du carré de la distance. Même raisonement pour les 4 autres particules prises une à une , chacune recevra en fait 1 gravino pendant que l'autre , a , en reçoit 4 , donc on voit que l'accélération de a vers cdef sera 4 fois plus importante que la vitesse de cdef vers a .v' .Ces particules seraient ainsi en accélération constament accélérée, jusqu'à une certaine vitesse ou les chocs avec les gravinos se feront moins importants à l'arrière de la particule , et plus importants sur l'avant , donnant une sorte de freinage ethérodynamique. Mais voir plus loin , le phénomène de retard fait que pour 2 objets qui tournent l'un autour de l'autre, la force est décalée, et l'objet reçoit une force dans le sens du mouvement ...

.

 

 

 


Masse inerte, mase pesante :

A gauche, on pousse l'objet avec les flèches vertes , de manière à avoir une accélération de 9.8m/s² , à droite l'objet est sur Terre , les forces rouges sont les forces de réaction du sol. Les 2 situations sont identiques, sauf qu'un objet prend de la vitesse ; et l'autre est immobile . Avec le fond cosmologique diffus, il est possible de se rendre compte de la vitesse par rapport à ce fond diffus, et surtout , possible de se rendre compte d'une accélération de la vitesse .On peut donc faire une différence entre les deux cas de figures , contrairement à ce qu'affirme Einstein . A noter que la force de réaction en rouge, est la force d'attraction de la Terre vers l'objet , qui est égale , et de sens contraire à la force d'attraction de l'objet vers la Terre .

Enfin, une remarque interressante , le fait que l'on puisse écrire(et l'expérience dans le vide le montre) que la force d'attraction F=Gm1m2/d²=m1.g1=m2g2 (g1 étant l'accélération en m/s² de l'objet, g2 celui de la planète très faible normalement)montre que cette force est de même nature que n'importe quelle autre force, comme celle en rouge, sauf, que cette force d'attraction agit sur tous les atomes et même les particules constituant l'objet en question ;tandis que la force en rouge ne "pousse" que les atomes de surface, qui transmettent . C'est pour cette raison que nous ne sentons rien en chute libre , contrairement à l'écrasement que nous pouvons ressentir dans une fusée .

L'égalité masse pesante et inerte vient du fait que les masses m1 et m2 sont les mêmes dans F=Gm1m2/d²(ici m1 et m2 sont masses pesantes)que dans F=m1g1=m2g2 (ici m1 et m2 sont masses inertes ), ce qui permet donc de simplifier et d'obtenir g1 =Gm2/d² et de voir que l'accélération de m1(la vitesse de chute donc) ne dépend que de la masse m2 , comme l'avait remarqué Galilée, déjà .Dernièrement, je me demandais ce qu'il se passerait dans un univers où le principe d'équivalence masse inerte/ masse grave(pesante) n'était pas respecté. J'en ai conclu que dans ce monde les objets de nature différente tomberaient à des vitesses différentes, mais forcément une masse quelconque de fer par exemple tomberait à la même vitesse (1 kg ou 1 tonne par ex) .On imagine 1 kg de fer qui tombe à la même vitesse qu'un autre kilo de fer, et ainsi de suite, il n'y a plus qu'à coller tous ces kgs ensemble pour se rendre compte qu'une tonne de fer tomberait à la même vitesse qu'un kilo de fer, mais pas d'un kilo de cuivre par exemple....

 

 

 

 

 

 

 

 

Problème éventuel d'écrantage ci dessous.

Schéma écrantage

.Comme d'habitude, on prend un évènement réciproque, un gravino qui vient de la gauche et un gravino venant de la droite dans le même laps de temps. abcde sont des particules élémentaires possédant une masse identique .Le gravino de gauche entre dans e qui reçoit une force f ; il pénètre dans d qui reçoit f-i , pénètre dans c qui reçoit f-i-i1 ; pénètre dans b qui reçoit f-i-i1-i2 .Puis sort avec une force f-i-i1-i2-i3(flèche bleue)On peut penser que i1est différent de i car le gravino aura moins d'énergie de départ(il en a perdu dans e) de même pour i>i1>i2 ,la force sur M venant de la gauche sera f+f-i+f-i-i1+f-i-i1-i2=4f-3i -2i1-i2 .On peut calculer alors la force que reçoit a masse M': il reçoit f venant de la droite -(f-i-i1-i2-i3) venant de la gauche.Résutante vers edcb F'=i+i1+i2+i3

Occupons nous du gravino venant de la droite il aura en sortant de a une force f-i , il entre dans b qui reçoit f-i , dans c qui reçoit f-i-i1 (l'impulsion perdue est la même que le gravino gauche sur d) il entre dans d qui reçoit f-i-i1-i2 , entre dans e qui reçoit f-i-i1-i2-i3 .On peut calculer la force totale que reçoit M de la droite en ajoutant tout f-i +f-i-i1+f-i-i1-i2+f-i-i1-i2-i3=4f-4i-3i1-2i2-i3.

La résultante pour M sera F=4f-4i-3i1-2i2-i3 -(4f-3i -2i1-i2)=-i-i1-i2-i3 MIRACLE on a encore F=-F' Par contre on voit que cette force qui est de 4 i dans une position non écrantée comme sur le schéma 1 contre 4 plus haut . Alors, sur Terre , on objet longiligne devrait être moins lourd pesé verticalement qu'horizontalement i>i1>i2>i3 .En réalité peut -être que les particules de matière ne doivent pas être fréquemment dans la position rigoureusement alignées .A moins que la perte d'impulsion des gravinos soit identique même après plusieurs interactions(i1=i2=i3....) . A noter que ce phénomène n'arrive pas avec la masse inerte, que l'on accélère avec autre chose que la gravitation (une main ..)

 

 

 

 

Petite étude sur la chute des corps, (avec l'équation fondamentale de Newton)

Petite animation pour mettre les choses au clair . Si vous avez réussi à voir l'animation, on voit que dans l'équation de Newton, le repère n'est pas le centre de gravité de la planète, car celui ci est attiré aussi vers l'objet qui tombe.

Voila le décors

On fait tomber m1 .On a donc gm1=K .(m2+m3) /d² .Attention, je prends les vitesses en valeur absolue .

En intégrant comme Vm (0)=0 on a ...m1.Vm1=K.m1(m2+m3)/ intégrale d² .....Vm1 vitesse de m1 vers m3 .J'ai mis m2 car on va prendre une autre masse, voir sa vitesse , cette masse ne sera plus sur m3 ...Intégrale de d² on intègre d(t).d(t) de 0à t .. de même (m2+m3).Vm32 =K (m2+m3).m1 /intégrale... où Vm32 est l vitesse de la masse m3/m2

On pose m1 sur la planète , on monte m2 et on le lache....on aura de même....m2.Vm2=K.m2(m1+m3)/intégrale.. et (m1+m3)Vm31=K(m1+m3).m2/intégrale...

On va appeler K /intégrale ..U ....On va s'occuper de voir ce que donne Vm1+Vm32 comparé à Vm2+Vm31.... Pour Vm1+Vm32 il s'agit de la vitesse relative de la planète sur m1.

Idem Vm2+Vm31 est la vitesse relative de la planète (enlevée de m2) sur m2. En fait c'est cette vitesse que l'on mesure sur Terre en faisant tomber un objet .On prend comme origine la Terre .Attention dans ma résolution, on toujours des vitesses positives, le lecteur doit comprendre qu'en ajoutant Vm1+Vm32 on trouve la vitesse de chute que l'on calcule ou constate sur Terre .Vous avez vu que dans les 2ème mesures on enlève m2 de la Terre , sinon .......

On voit de suite alors Vm1+Vm32=U(m1+m2+m3) .....Vm2+Vm31=U(m1+m3+m2) ...Cette vitesse est fonction uniquement de la masse totale de la planète. On s'y attendait, mais là le résultat est fort car on n'a fait aucune approximation...Attention il s'agit de la vitesse relative de la planète sur m1 puis sur m2 qui est identique.

La vitesse relative de 2 objets est identique, quelque soit leur masse (Galilée, Tour de Pise, vitesse équivalente dans le vide marteau /plume...).

Alors, comparons Vm2 et Vm1(origine o fixe par rapport à l'univers)...Vm2-Vm1= Vm32-Vm31 On voit que rigoureusement en prenant une origine fixe dans l'univers , les vitesses Vm1 et Vm2 ne sont pas égales .Sur une grosse planète par rapport à m1 ou m2, les vitesses V32 et V31 sont pratiquement nulles, leur différence encore plus nulle.

 

 

 

 

 

2/Réfutation du problème du freinage ethero-dynamique.

Tirée d'un livre de Feynman La nature de la physique P 42. En parlant de cette théorie connue depuis longtemps apparement Richard Feynman écrit :

"Supposez que l'univers soit sillonné par un tas de particules, nous traversant à très grande vitesse. Elles arrivent uniformément de tous cotés, ne faisant que passer et ne nous frappant, dans leur bombardement, que très rarement."

"Il y aura donc une poussée sur la terre en direction du soleil et variant comme l'inverse du carré de la distance."
Jusque là, pas de problème.Malheureusement, juste après :"pour d'autres raisons, elle ne marche pas.....a été abandonnée".
L'argument : en mouvement, la Terre recevrait plus de particules en face que derrière, et donc serait freinée, et donc nous ne serions plus là pour en parler."

Très bonne réfutation, mais c'est peut être une chance pour cette théorie de mettre en évidence ce freinage s'il existe . Il serait en première approche compensé par l'effet vitesse de propagation de la gravité qui devrait donner une composante non radiale (dans le sens du mouvement) de la force de gravitation Terre/Soleil .Explication :

Système Terre-Lune, (Wikipédia) :

Ce qui va intervenir ici c'est ce que l'on appelle l'effet d'aberration , bien connu pour les étoiles .Dans sa course autour du soleil ; la Terre avance et perçoit la lumière d'une étoile vers l'avant du mouvement , vers l'avant , avec un angle en première approximation =v/c. v vitesse radiale de la Terre  , c vitesse de la lumière.
Ici nous avons extrapolé ce phénomène au soleil lui même : la Terre va le voir légèrement en avant de sa "vraie" position ... et à la place de la lumière on prend en compte la direction des gravinos ayant traversé ce soleil ( nombre diminué donc ) .On fois que la force d'attraction est légèrement décalée donc vers l'avant du Soleil , donnant une composante dans le sens du mouvement ..

La Terre va voir les gravitons venant du soleil en avant , ainsi la force d'attraction de la Terre vers le Soleil reçoit une composante dans le sens du mouvement de la Terre , composante qui a tendance à accélérer la Terre , cette force accélératrice est annulée exactement par les frottements de la Terre contre les gravitons... Il s'installe alors entre le couple Terre /Soleil un équilibre avec 2 forces contradictoires , une qui a tendance à faire accélérer la Terre , l'autre qui la freine ..Ce qui pourrait expliquer l'étonnante stabilité du système, et l'absence apparente de frottements !
Au final , on obtient une force centrale , comme il se doit !

 

Il s'agit ni plus ni moins que de l'effet d'aberration de la lumière, bien connu pour les étoiles, à cause du mouvement de la Terre autour du soleil , la Terre "voit" le soleil sous un angle un peu décalé (égal à v/c pour un angle faible )vers le sens du mouvement ; ainsi la Terre acquiert une force supplémentaire dans le sens de son mouvement ,si l'on interchange lumière /gravinos , force exactement compensée par les frottements de cette Terre qui "avance" dans cette "soupe" de gravinos.

Ainsi le système prendrait de l'énergie à l'univers , et cette force devrait compenser les forces de frottements que subirait la Terre, lors de sa rotation autour du Soleil, avec ce système d 'action. On dirait que ce principe s'autorégule, plus de vitesse de rotation= force dans le sens du mouvement plus importante...et force de frottement plus importante .Le système trouve ainsi une vitesse limite , un peu comme un objet en chute libre dans l'air .

On voit en fait que l'espace est sculpté par ce Soleil , tout objet qui entre dans ce champ voit sa trajectoire suivre cette sculpture, à la manière dont Einstein décrit la courbure de l'espace temps..Ce qu'il manquait à la RG c'est ce lien entre la masse et la courbure de l'espace temps, comment une masse arrive à courber l'espace , ce mode d'action façon Lesage apporte une réponse possible ...

 


 

 

Il est à noter que c'est ce qu'il se passe pour la force de Coulomb , pour 2 particules chargées , libres de se déplacer, la force est dirigée "derrière" la particule, mais est remise en direction "vraie" de celle ci par le rayonnement de freinage , donnant l'illusion d'une action instantanée, et que la force "extrapole " la position de la particule .Pour la gravitation cela pourrait expliquer que les orbites des planètes soient si stables . Car on dit que si cet effet retard est pris en compte , les orbites deviennent très instables , il faut donc une force en sens inverse qui serait tout simplement un ralentissement de frottement .

Il est notable que plus la vitesse est élevée, plus la composante dans le sens du mouvement l'est (accélération) ; et donc plus le freinage est important du fait de la vitessse.On a donc affaire à un s'ystème qui s'autorégule ! Au final , cela se passe comme Feynmann l'a prédit pour la force Coulombienne , les forces de frottement remettent la force F vers la vraie position de B, comme une force centrale . L'espace , avec ses particules aident la planète à lutter contre les frottements , et la réfutation de Feynmann tombe !

Pour un système Terre/Soleil comme il s'agit d'aberration , l'angle étant petit =v/c , v vitesse radiale de la Terre , c vitesse supposée de propagation des gravitons; ainsi la résultante finale de la force vers l'avant et du freinage donne une force centrale ; et comme norme :avec simplement le théorème de pythagore : (M.m G/d² )rac(1-v²/c²)  , le terme rac(1-v²/c²) étant bien connu en relativité !

 

 

3/Effet Lense Thiring.

D'après la relativité générale, aux alentours d'un corps avec un moment cinétique très fort, l'espace et le temps sont en quelque sorte « entraînés » avec le mouvement de rotation (comme un bateau serait « entraîné » par un tourbillon). Cet effet a été découvert pour la première fois en 1918 par les physiciens autrichiens Josef Lense et Hans Thirring dans leurs travaux sur la relativité générale. On comprend, ici que ces fameux gravinos qui traversent la planète A qui tourne sur elle même vont être entrainés et déviés légèrement de leur trajectoire .

 

 

 

4/Equations aux dimensions .

Un petit travail avec l'équation aux dimensions donne pour l'équation fondamentale , (le x est la multiplication ); m1 x g= G x m1 x m2/d² ...LT-2=KML-2 .....KM=L3T-2 . Si M est le nb d'interactions par seconde K est alors le nb d'interactions dans un mètre cube pendant une seconde , multiplié par un coefficient bien sûr..C'est à dire K=Int.L3T-1 ...M=Int. T-1 Où int est le nombre d'interaction multiplié par un coefficient d'action / Toutes les particules n'interragissent pas, et elles ont une action que je ne sais chiffrer .La masse pourrait alors perdre son statut de dimension fondamentale ! A noter que tout ça se tient, K représentant le débit de ces particules et la masse l'effet de ces particules ,suivant le nombre d'interactions par seconde qu'elle subit .

 

5/Démonstration simple avec ce principe d'attraction du Théorème de Newton-Gauss ou de Green-ostogradsky.

Voilà , si vous avez l'habitude de l'action de cette force vous comprendrez . Je dois démontrer qu'avec ce mode d'action la gravité est nulle à l'intérieur d'une coquille sphérique homogène, constituée de 2 sphères de même centre! Avec pour conséquence , le résultat suivant : "A l'intérieur d'une sphère où la masse est à distribution sphérique (la masse volumique ne dépend que de r) , la gravité est identique à celle provoquée par une sphère de ce rayon r ..les couches au dessus ne comptent pas !" Et donc à l'intérieur d'une coquille sphérique vide (comme le schéma ci dessous), la gravité est nulle!

La démonstration est très simple , je prends un point M dans la coquille ; je trace autour de M des droites qui partent tout azimuts , ces droites représentent les particules ultramondaines . Alors, je dois démontrer simplement que la traversée de la coquille est identique dans un sens ou dans l'autre .Car comme il se doit, ces particules étant isotrope, pour chaque particule venant de la gauche, il en vient une opposée de 180° ..Autrement dit il faut démontrer que quelque soit le point M on ait AB=A'B' . Ainsi, la traversée de la coquille par la particule serait identique dans une direction à 180° , et tout s'annule .
En tout point M de la coquille les contributions des parois opposées s'annulent , pas de gravité ainsi !

 

Démonstration : voici une coquille sphérique de rayon OA et OB . D'un point M quelconque, je trace une droite qui coupe la coquille en AB et A'B' ...

Je considère les triangles OAB et OA'B' , 2 côtés égaux, déjà .le triangle OBB' est isocèle (2 rayons) , alors l'angle OBM= angle OB'M , alors angleABO= angleOB'A' .

Les triangles OAB et OA'B' ont 2 côtés égaux, et un angle égal, ils sont égaux et AB=A'B' ! .En fait , on pouvait se passer de cette démonstration en notant que chaque droite qui passe par M coupe la sphère en 2 endroit symétriques, et la distance de traversée de cette coquille à droite et gauche est forcément identique. Ainsi le passage à la démo 3 D est évident , comme toute droite qui coupe la coquille, la coupe suivant une distance égale .
On obtient alors que le rayonnement Lesage que subit un point s'annule complètement au final , car ce rayonnement rencontre , en ligne droite la même distance de matière à droite et à gauche de chaque droite .

Ce mécanisme de gravité Lesage passe donc facilement le test du théorème de Newton-gauss , d'une façon assez triviale , de plus , et on comprend, en prime, pourquoi la gravité à l'intérieur d'une coquille à distribution de masse sphérique est nulle !

 

 

6/Choc des particules : Problème en cours , le choc avec perte de quantité de mouvement semble poser des problèmes d'échauffement , et le choc rigide(élastique) de fonctionnement .Mais il y a plusieurs solutions (l'échauffement est évacué par radiation ;interaction élastique qui diffuserait les particules préférentiellement ailleurs que tout droit...) .Pour l'évacuation par radiation ce serait évidemment la même ; des gravinos, que l'on ne sait détecter .Il faut qu'il y ait conservation de l'énergie .Néanmoins , les chocs élastiques semblent pouvoir bien fonctionner , même si une particule "ultramondaine" rebondit plusieurs fois en rencontrant de la matière, elle ressortirait de toutes façons de manière aléatoire , c'est à dire dans une direction différente de celle d'origine, donnant ainsi de la quantité de mouvement sans échauffement, et permettant certainement un meilleur "comptage" de la masse , avec ce mécanisme, le choc des particules fait le calcul de la masse et de la force d'attraction résultante. Il faudrait arriver à faire une simulation sur ordinateur , qui ne devrait pas être très compliquée .

7/Quand cette force devient répulsive .

Enfin,ce pourrait être" la cerise sur le gâteau" , de cette forme d'action gravitationnelle ; elle pourrait devenir répulsive sur une certaine distance (grande) .
Les physiciens connaissent l'effet de lentille gravitationnelle , due le plus souvent à des galaxies se trouvant sur le trajet de la lumière, de fait on reçoit alors plus de lumière , un objet normalement caché par la galaxie va être vu . Un objet (galaxie ou autre...) va donc recevoir plus de gravinos venant de la galaxie lointaine, cause de la lentille , gravinos qui vont pousser notre objet .

On comprend que si l'on remplace la lumière reçue par les gravinos, la Terre içi , reçoit une force de poussée répulsive .
Notre force Lesage devient répulsive à grande distance !

A gauche, l'objet qui va faire office de lentille à gravinos , à droite, l'objet est touché par des gravinos qui n'auraient pas du le rencontrer , Einstein a parlé d'Espace courbé alentours une masse , c'est tout à fait ce qu'il pourrait se passer pour les gravinos "ultramondains" , en bleu, par exemple , un gravino venant de la gauche, a sa trajectoire déviée par A , vers le bas puis déviée à nouveau par B , pour venir le "percuter" . On dirait même qu 'il se forme une sorte de couloir entre A et B qui concentrent les gravinos .En fait , l'effet de lentille gravitationnelle avec la lumière a pour effet d'augmenter cette lumière , de la même manière, l'objet B reçoit plus de gravinos de la direction de A , donnant naissance alors à une force répulsive.Voilà qui expliquerait l'énergie noire, à qui on attribue la fuite des galaxies lointaines ....

8/Conclusion provisoire.

Ce que je voulais exprimer, dans cette "thèse" c'est que le mode d'action de cette force fait qu'elle ressemble de manière troublante à la force de gravitation : elle est de la forme kmm'/d² ;elle est dirigée vers le centre de gravité (en approximation pour des petites vitesses ou distances), de même norme mais de sens opposé pour 2 masses....principe d'équivalence sur Terre ; elle explique bien le théorème de Gauss-Newton, l'effet Lense-Thiring , l'action -réaction ,décidément elle ressemble beaucoup à la force de gravitation....Ce qui est notable c'est que j'ai bien expliqué il me semble , avec ce mode d'action que cette force soit radiale en première approximation, égale et de sens opposé pour 2 objets .L'explication de l'équivalence de la masse inerte et pesante me semble triviale , et donne je crois une grande vraisemblance à cette théorie!

J'ai montré comment l'effet d'aberration donne une force accélératrice à une planète en rotation ; ainsi cette dernière trouve elle même la bonne orbite et la bonne vitesse de rotation par un subtil équilibre entre cette force accélératrice et la force de frottement contre les gravinos , du fait de l'avancement de la planète .Les gravinos "frappent" plus fort vers l'avant qui va au devant des particules , que par l'arrière qui les fuit plutôt ! Alors la cinématique, sur une distance galactique doit être changée , car à l'heure actuelle on est obligé de faire appel à la matière noire , notre galaxie ne tournant pas du tout comme elle devrait le faire avec la gravitation d'Einstein .

J'ai aussi montré comment l'effet de lentille gravitationnelle , appliquée aux gravinos pourrait rendre la force répulsive sur des distances intergalactiques , domaine de validité de l'effet lentille , expliquant alors l'énergie noire .

Il faudrait évidemment faire une simulation numérique pour "voir ce qu'il se passe ; j'espère qu'un scientifique pourra lire cet exposé, et sera convaincu

Enfin, ce rayonnement isotrope pourrait bien être le support de propagation de la lumière, qui file en ligne droite dans un rayonnement isotrope, et se courbe , lorsque celui ci est anisotrope (présence d'une masse) .Ce rayonnement/particule remplacerait avantageusement l'espace temps, dont la courbure aux alentours d'une masse ressemble fort à celui que j'ai décrit, mais ici on a une explication de la courbure, pour ceux qui n'auraient pas bien compris, la courbure du rayonnement viendrait du fait qu'ici, le rayonnement traverse la masse , et s'en trouve altéré .Comment, ça je ne sais trop, perte d'énergie, changement de fréquence .Quelle vitesse de propagation a ce rayonnement , c sans doute . Cela ressemble à l'espace temps courbé d'Einstein , mais ici on sait comment il est courbé avec ce mode d'action à distance.
Mais avec ce mode d'action, on comprend intuitivement comment ces radiations "comptent" en fait le nombre de particules massives , donnant la masse des objets .

Enfin, ce concept porte en germe une théorie de la gravitation quantique , l'équation fondamentale est une force instantanée moyenne , en réalité , surtout si l'on prend des objets de plus en plus petits, ils se trouvent sous un bombardement discontinu, dans le meilleur des cas, par exemple 10^5 par seconde , ou plus probablement aléatoire, avec une moyenne de 10^5 par seconde . Dans le premier cas et le second, on voit donc qu'en dessous de 10^5 , il peut se passer n'importe quoi : ou rien, ou 1 , ou 2 voire 3 interactions droite ou gauche , et ainsi donner à la particule soumise à ce bombardement un comportement ératique (quantique).

Il faudrait évidemment faire une simulation numérique pour "voir ce qu'il se passe ; j'espère qu'un scientifique curieux pourra lire cet exposé, et sera convaincu qu'il faudrait tout de même vérifier de manière sérieuse tout cela , il y a trop de coincidences favorables à ce mode d'action, pour que ce soit du au pur hasard !

 

 

 

 

Grenier Roland travail effectué entre 2000 et /2015